Aller au contenu

Nos impacts

Des poêles efficaces pour les classes

Dans le Haut-Atlas du Maroc, les hivers sont longs et froids. D'octobre à mars, les basses températures ensevelissent ces régions et font grelotter les populations locales. Pendant ce temps, les ménages et les classes sont chauffés avec du bois de la région, ce qui entraîne la déforestation. Les anciennes salles de classe sont également mal isolées et les poêles existants, inefficaces, brûlent beaucoup de bois. Au nom du BMZ (Bundesministerium für wirtschaftliche Zusammenarbeit und Entwicklung), GIZ a donc aidé le ministère de l'éducation et le ministère de l'énergie des mines et de l’environnement (MEME) à développer un nouveau poêle, appelé "Rocket Stoves", pour chauffer les écoles du Haut Atlas, dans le but d'utiliser moins de bois, qui produits moins de suie et d'établir une chaîne de valeur locale avec la production des poêles.

Photo d'un homme masqué portant un masque contre la fumée d'un poêle.
Les défis - des salles de classe avec des poêles inefficaces

Dans l'Atlas marocain, les hivers sont longs et froids. D'octobre à mars, il faut s'attendre à des températures négatives et à beaucoup de neige dans les zones d'altitude supérieure à 1500 mètres. Pendant ce temps, les ménages et les classes sont chauffés avec du bois de la région, ce qui entraîne la déforestation. La consommation de bois par classe devrait être d'environ 2 tonnes par saison. Dans les écoles supérieures, le bois est payé par l'État, dans les villages inférieurs, les parents donnent le bois aux élèves. La déforestation est un problème dans la région et entraîne l'érosion et la disparition de l'habitat et de la biodiversité.
Sous la pression de la croissance démographique et des conditions socio-économiques précaires, l'espace boisé régresse de 31.000ha/an, sous l'effet de la perte de densité. Si cette tendance n’est pas inversée, un seuil critique de désertification irréversible serait atteint dans 30 à 50 ans. La forte consommation actuelle de bois-énergie, particulièrement au niveau du monde rural, ne peut être soutenue durablement par la forêt marocaine (FAO). Avec une consommation énorme de bois de chauffage, les poêles inefficaces contribuent à la déforestation.
Les salles de classe sont également mal isolées et les poêles existants, inefficaces, brûlent beaucoup de bois. Ainsi, malgré la consommation de deux tonnes de bois par an, il est rare que plus de dix degrés soient atteints dans les salles de classe - la référence internationalement reconnue est de 18° Celsius - et les performances des enseignants et des élèves en souffrent. Les vieux poêles doivent être remplacés tous les deux ans et, en raison de leur mauvaise qualité, ils émettent beaucoup de suie dans les salles de classe.

Le Rocket Stove de Midelt – Une chaine de valeur locale

Afin de garantir que des emplois locaux soient créés avec ce produit innovant, des forgerons de la région ont été formés pour fabriquer les poêles. Les formateurs ont été formés au cours d'un stage de plusieurs jours. Karim Zaki, le formateur de Rabat qui a développé le poêle, a formé 10 formateurs à l'Ecole Centrale de Rich (ECR) pour qu'ils puissent fabriquer eux-mêmes le poêle. La production du poêle dure environ 3 jours. Comme les poêles sont fabriqués en fer recyclé, chaque poêle est unique.

Le potentiel du « Rocket Stove ATLAS »

Les caractéristiques techniques du poêle à bois amélioré, ont été conçues, testées et validées dans le cadre du projet EDMITA de la GIZ et à travers les compétences du Bureau d’étude spécialisé GFA Consulting. D’autres BET ont contribué lors de l’évaluation énergétique du poêle amélioré ECOTAQA et sur la capitalisation et orientations/recommandations pour la mise à l’échelle SEED ENGINEERING.

Plan d'un rocket stove
Plan d'un rocket stove

Un Cahiers de prescription spécial de production du Poêle à bois, incluant les caractéristiques techniques et de production a été élaboré. Le prix de vente est estimé entre 2 500 et 3.000,00 DH à grande échelle.

La mise à l’échelle recherchée couvrirait à terme 3000 salles de classes et engendrerait par ailleurs :

  • Une économie en bois de l’ordre de 14.000 m3/an, correspondant à 11.232 MWh d’économie d’énergie, soit 3.144 tonnes équivalent carbone CO2 évitées ;
  • La création des postes d’emploi permanent ;
  • L’ouverture au modèle pouvant également servir dans les bâtiments tertiaires (Hôtels, administration) ou à usage domestique dans les espaces résidentiels.

Nous suivre sur les réseaux sociaux