Aller au contenu

Création d'emplois

Situation au niveau mondial

Femme souriante à côté d'une plaque solaire
Création de l'emploi pour les femmes à travers le projet

Selon l’IRENA, 11 millions de personnes occupaient un emploi lié aux énergies renouvelables à travers le monde en 2018, dont 32 % sont des femmes. Le photovoltaïque emploie à peu près le tiers, soit 3.6 millions, l’éolien 1,2 million, et l’énergie hydroélectrique 2,1 millions, dont les trois quarts dans des fonctions opérationnelles ou d’entretien.

L’exploitation des énergies renouvelables et le développement de l’efficacité énergétique offrent en effet des opportunités intéressantes en termes de création de l’emploi et de génération de revenus, parallèlement à leurs bénéfices climatiques évidents.

Certaines voies se lèvent pour prévenir quant aux pertes potentielles d’emploi dans le secteur des énergies fossiles qui résulteraient d’une transition massive vers les renouvelables. Or, selon les estimations de l’IRENA, une approche holistique à la transition énergétique résulterait en un gain net de 11,6 millions d’emplois à l’horizon 2050. Des études indiquent d’ailleurs que pour chaque dollar investi, les énergies renouvelables créent 70% plus d'emplois que les technologies fossiles.

Situation au Maroc

Mosquée en cours de construction au village de tadmamet
Mosquée en cours de construction au village de tadmamet

Une étude sectorielle réalisée en 2011 par le Ministère de l’Énergie, des Mines et de l’Environnement annonçait quant à elle que la transition énergétique du Maroc contribuerait à la création de plus de 13 300 emplois dans les énergies renouvelables et 36 800 emplois dans l’efficacité énergétique, à l’horizon 2020.

De son côté, la coopération maroco-allemande à travers la GIZ a mené deux études spécifiques dans ce sens, dont la première a analysé le potentiel de création d’emploi dans l’efficacité énergétique du bâtiment. Elle a ainsi montré que la généralisation des enveloppes efficaces pour les nouveaux bâtiments serait la principale mesure créatrice d’emplois à l’horizon 2030, suivie par la rénovation thermique, la diffusion des chauffe-eau solaires et celle des installations PV (Consulter le rapport de l’étude). La deuxième a analysé l’impact d’un régime d’autoproduction sur la création d’emploi, et estimé ce potentiel à 2500 postes à temps plein dans le cadre de subventions spécifiques. (Consulter ici le rapport de l’étude).

Ces chiffres vont dans une direction commune : le potentiel est conséquent, et il y a lieu de l’exploiter. Il convient ainsi d’analyser les facteurs qui favorisent ou entravent la pleine exploitation de ce potentiel, afin de faire ressortir les mesures nécessaires à mettre en œuvre dans ce sens.

Nous suivre sur les réseaux sociaux